Le PORTRAIT DU MOIS: Laura GIACCO

DSC0563
Photo afp

De solides et anciennes racines turbiasques, – son grand-père était carrier au village-, Laura, 29 ans, après un « Master en marketing de projets » obtenu à Sophia-Antipolis, décide de parfaire ses connaissances en faisant sienne cette formule: « le voyage, c’est l’université de l’homme »… Accompagnée de Thomas, ingénieur, Laura entreprend alors un voyage de 18 mois, qui va la conduire dans 18 pays à travers le monde! Avec un budget plus que réduit, 11€ par jour, le jeune couple va parcourir l’Inde, le Népal, l’Asie du Sud-est, la Nouvelle Zélande où il vont rester deux mois dans une ferme bio, l’Amérique du Sud, le Pérou, la Bolivie, le Chili, à la découverte des hommes, de leurs cultures, de leurs modes de vie, s’imprégnant au passage des odeurs, des couleurs, des saveurs.

Un carnet de voyages incroyablement formateur, riche d’anecdotes, de souvenirs, d’enseignements… Un apprentissage de la vie, qu’aucune université au monde, ne saurait dispenser. Des connaissances que Laura et Thomas se proposent de partager avec nous, avec un projet novateur auquel nous vous invitons à participer.

Le projet est ambitieux et noble: participer à l’éveil des consciences concernant nos modes alimentaires. Redonner au produit sa vraie place: la première! Relocaliser l’économie en dynamisant l’agriculture bio de proximité. Remplacer nos habitudes linéaires: « on achète, on consomme, on jette », par une économie circulaire,  (qui est d’ailleurs celle de la nature: la feuille qui tombe à l’automne se transforme en humus préparant ainsi la terre pour la prochaine récolte). L’ économie circulaire consiste alors à réduire les déchets à la source, à ré-employer les contenants, à recycler ce qui n’a pas pu être utilisé. Mais ce bel exposé, bien dans l’air du temps est-il réaliste? Que pouvons-nous faire, nous les consommateurs, pour y participer? Avons-nous le pouvoir de changer les choses?

DSC0568
photo afp

OUI ! Formellement OUI, répondent en choeur Laura et Thomas qui nous proposent un projet bien concret, qui nous concerne directement: l’ouverture très prochaine, en Décembre, de « l’Epicerie Boomerang », la première épicerie sans emballage jetable des Alpes-Maritimes! Nous pouvons les aider à finaliser le projet: le local sera opérationnel pour l’ouverture prévue en Décembre. 7000€ manquaient pour l’achat d’une laveuse pour les emballages en verre, en retour de consigne. Une souscription a été lancée le 26 Octobre dernier; 5966€ ont déjà été recueillis auprès de 142 « actionnaires », il ne reste plus qu’à collecter 1034€ pour que le projet aboutisse! Fin de la souscription: 4 jours! Une visite sur le site du projet vous convaincra de nous rejoindre et vous pourrez mesurer l’innovation et le sérieux de cette initiative! Bravo Laura, Bravo Thomas, ce sont des entreprises courageuses et réalistes comme la vôtre qui peuvent contribuer à changer les choses !

http://www.kisskissbankbank.com/epicerie-boomerang-la-1ere-epicerie-sans-emballage-jetable-dans-les-alpes-maritimes 

3 réflexions sur “ Le PORTRAIT DU MOIS: Laura GIACCO ”

  1. hâte qu’elle ouvre cette jolie épicerie ! c’est l’avenir ! le monde de la consommation devient fou, et nous rend fous… D’un côté on nous dit d’économiser les ressources, et de l’autre on nous pousse à consommer à tout va.. cherchez l’erreur..

  2. Très fiers de nos enfants et de leur magnifique et courageux projet. Merci à tous les membres de LTMV pour leur intérêt et leur soutien!!!

Laisser un commentaire