Archives pour la catégorie Vie du village

Le C.A.P. de l’O.N.F. (Office National des Forêts)

Tous les chefs de l’Office National des Forêts, l’ONF, ont été un jour ou l’autre, confrontés à la difficile épreuve du C.A.P.  Non, il ne s’agissait pas d’un diplôme ouvrant une carrière au sein de ce noble organisme, mais bien du : « Cas Alain Prado »…

Photo afp

Mais qui donc était Alain, disparu brutalement il y a six mois ? Qui peut prétendre définir, en quelques mots, ce personnage hors norme à qui la commune de Cap d’Ail vient de dédier un lieu exceptionnel, la « Clé de Sol », magnifique théâtre à ciel ouvert face à la mer, véritable Epidaure azuréen, créée par Alain et ses équipes, il y a quelques années ?

Une sorte de capitaine Haddock terrien sans la barbe, dont il partageait quelques particularités… notamment des indignations homériques et un cœur énorme ? Un extraterrestre descendu tout droit d’une planète lointaine, pas toujours à l’aise dans notre monde formel dont il avait du mal à intégrer les codes ? Un homme de culture citant Camus et plus encore Nietzsche dont il avait fait sienne la devise : « il faut transgresser pour progresser » entraînant ainsi sa hiérarchie et les élus locaux dans des dossiers… complexes à défendre ? Un dandy décalé, passant sans transition des Weston aux bottes de chantier qui laissaient des traces sur les marches des mairies, signant ainsi ses passages, souvent redoutés ? Un fou d’opéra, capable de faire des centaines de kilomètres dans ce qui avait été une voiture pour assister à une représentation de la Traviata ou de Aïda avec un rêve : voir un jour, PAVAROTTI ou DOMINGO se produire sur la scène de la « Clé de sol » avec les étoiles et la mer pour décors ?

Un peu tout cela, et bien d’autres choses encore. Un visionnaire d’exception plus à l’aise aux commandes d’un bulldozer que devant une table à dessins parfaitement inutile puisque les dessins il les gardait dans sa tête. D’ailleurs, une table à dessins n’a jamais renversé les montagnes. Alain PRADO et son bulldozer si !

Photo afp

Difficile de parler d’un ami qui vient de vous quitter, car pour moi, Alain était et restera un ami rencontré il y a 37 ans sur un chantier privé de Cap d’Ail, le chemin du Signal, où nous avions failli en venir aux mains. Un « frère » spirituel avec qui les échanges, téléphoniques ou par mails de jour comme de nuit, étaient denses, chargés de sens. Avec lui, pas de considérations sur le temps qu’il faisait ou la cherté du poireau à Rungis, mais, à toute heure du jour ou de la nuit, au gré de ses exaltations  ou de son mal-être, de longues digressions philosophiques. Ou encore l’expression de cette phobie quasi-maladive des contraintes administratives qu’il rencontrait.

Alain PRADO, un homme parmi les hommes, mais un vrai. La tête dans les étoiles, les bottes dans la boue, proche du terrain, de ses équipes, amoureux de sa femme, fier de ses enfants, fidèle à ses amis. Adieu Alain !

André-François PELLEGRIN

QUOI DE NEUF, DOCTEUR ?

C’est la question que nous avons posée à Alessandro MORBIDELLI, Docteur en Mathématiques, astronome, Directeur de recherche à l’Observatoire de la Côte d’Azur, membre de l’Académie des Sciences française mais aussi de l’Académie Royale des Sciences  de Belgique. Une page entière ne suffirait pas pour énoncer les titres et les prix internationaux décernés à Alessandro, -MORBY pour les intimes-, qui sillonne la planète pour faire partager le fruit de ses recherches sur la dynamique du système solaire et plus précisément sur la ceinture d’astéroïdes et la ceinture dite de KUIPER située au-delà de l’orbite de Neptune.  Loin de « rouler les mécaniques », -fussent-elles célestes-, Morby, comme tous les vrais « sachants » sait nous faire partager ses connaissances, en toute simplicité, avec des mots accessibles à tous, alors qu’il s’agit d’un domaine d’une rare complexité. Une dernière anecdote qui situe bien, à la fois la compétence reconnue à l’international de notre académicien turbiasque, mais aussi sa modestie: il détesterait que je vous dise que l’astéroïde 5596, découvert en 1991 par Henry HOLT, entre Mars et Jupiter, a été baptisé « MORBIDELLI », en hommage à Morby.. Trop tard, Morby !

QUOI DE NEUF? disions-nous. Et bien, précisément, la conférence donnée par Morby, à la Médiathèque de La Turbie, le 10 mars dernier, était consacrée à la découverte d’une NEUVIEME planète ce qui va sans doute compliquer un peu la tâche des astrologues… En effet, PLUTON, qui figurait dans leur panoplie, a été victime des progrès scientifiques qui ont permis d’établir que sa masse calculée lors de sa découverte en 1930, était… mille fois supérieure à la masse réelle que les plus récents calculs ont permis de déterminer. En passant de l’obésité à l’anorexie, PLUTON est devenue une planète naine. Exit PLUTON, place à une nouvelle : la planète IX ! (Pour l’anecdote, ce déclassement, voté à la majorité par les astronomes mondiaux réunis en congrès, a été vivement contesté par les chercheurs américains… Et pour cause: PLUTON était la seule planète découverte par un astronome américain!). A porter au crédit des chercheurs : le fait qu’ils aient eu l’humilité de reconnaitre ce déclassement. Les astronomes ne s’étaient pas trompés mais ils ne disposaient pas en 1930, des outils performants pour l’observation et le calcul, qui sont les leurs aujourd’hui.

Credit: Caltech/R. Hurt (IPAC)

En Janvier 2016, il y tout juste 15 mois,  les astronomes BATYGIN et BROWN, indiquent une très forte présomption d’existence d’une nouvelle planète : la Planète IX.  Plus de dix fois supérieure à la masse terrestre, située à environ mille fois la distance Terre-Soleil, elle se  serait formée pendant  les 4,5 milliards d’années de vie de notre système solaire en éliminant tous les autres objets qui auraient eu l’audace de s’approcher de trop près… Problème:  si toutes les observations et tous les calculs concernant la Planète IX suggèrent fortement son existence, en estimant à 0,07% la probabilité d’un simple hasard, nul ne l’a encore observée. Et sa « découverte » ne sera pas simple, car il faudra, après l’avoir localisée, enregistrer son déplacement, ce qui lui confèrera son statut de planète et non de simple étoile ! Alessandro de nous préciser que « GALILEE avait bien vu Neptune, en 1612, mais n’ayant pu détecter son mouvement, il avait considéré qu’il s’agissait d’une étoile ». Osons dire que trouver « une aiguille dans une botte de foin » relève du jeu d’enfant comparativement à la découverte de cette 9ème planète, dont la masse serait un million de fois plus faible que celle de Neptune et qui se déplacerait 35 fois moins vite… A moins d’une observation due au plus grand des hasards, seul le futur télescope LSST situé au Chili et qui devrait être opérationnel en 2022, permettra d’observer son déplacement et de l’enregistrer comme la NEUVIEME PLANETE DE NOTRE SYSTEME SOLAIRE!

Un immense merci à notre Académicien Alessandro MORBIDELLI pour sa disponibilité et son aide à la rédaction de cet article ainsi qu’à Arzu-Marie de la Médiathèque du village.

PROCHAINE ET DERNIERE CONFERENCE DU CYCLE 2017 « SCIENCES DE L’UNIVERS » à la Médiathèque de La Turbie le Vendredi 28 Avril à 19h30, par Céline Le BOHEC du Centre Scientifique de Monaco, sur le thème:

« Observer les manchots…sans les déranger »

Réservation fortement recommandée au 04 93 35 41 45

 

 

 

 

 

 

AUTOROUTE BRETELLE A8: OUI MAIS…

L’un de nos lecteurs, Monsieur A.M., nous fait parvenir une suggestion très pertinente concernant l’ouverture future de la bretelle turbiasque. La réduction attendue du flux automobile traversant La Turbie sera efficace à la condition que les automobilistes qui emprunteront cette bretelle ne soient pas lésés financièrement.  Actuellement, les automobilistes se rendant en Principauté qui empruntent l’autoroute A8 dans le sens Nice-Italie, ont le choix suivant:

*emprunter le tunnel en direction de Monaco, sortie 56, coût 2,30€, mais il est souvent fermé pour cause d’engorgement,

*emprunter la sortie  57, coût 1,20€, ce qui les contraint à traverser La Turbie, avec une attente qui peut atteindre 40mn aux heures de pointe, pour aller du péage à la sortie du village, soit moins de 2 km !

* emprunter la future bretelle, sortie Beausoleil, lorsqu’elle sera opérationnelle, coût du péage 2,30€.

L’utilisation de cette bretelle, coûtera donc autant que le passage par le tunnel de Monaco,  lorsque celui-ci est fermé, et 1,10€ de plus que s’ils étaient sortis à La Turbie…ce qui n’est guère incitatif pour un « pendulaire » se rendant quotidiennement en Principauté.

SELON NOTRE LECTEUR, UNE SOLUTION EXISTE !

Les automobilistes souhaitant utiliser cette bretelle dont l’ouverture est prévue pour 2020, paieront certes, 2,30€ au péage de La Turbie, mais une borne installée à la sortie de la bretelle pourrait permettre une déduction automatique de 1,10€ à chaque passage. Le coût final pour les usagers de la bretelle serait donc le même que s’ils étaient sortis au péage de La Turbie: 1,20€. Triple intérêt: pour les usagers, évitement des embouteillages quotidiens; pour le village un allégement du flux automobile et pour VINCI une fidélisation et un meilleur suivi de sa clientèle.

Techniquement l’installation d’un tel dispositif ne devrait pas poser de problème puisque le même système  existe déjà à la sortie des Adrets, en direction de Fréjus. Seule contrainte: obligation de souscrire un abonnement pour un badge de télépéage.  En contrepartie, les abonnés, bénéficieraient d’un gain de temps et d’un confort que les systèmes actuels et futurs ne leur offriront  pas !

Nous soumettons aujourd’hui même par courrier, cette suggestion au Président de VINCI – ESCOTA aux fins d’étude de faisabilité par ses services.

 

 

L’EVENEMENT LTMV 2017 !

SAMEDI 1er JUILLET: A ne manquer sous aucun prétexte le 3ème Rallye-Jeu pédestre de « La Turbie, mon village »!

En 2015, nous vous avons permis de découvrir les carrières romaines du village,

En 2016, le Trophée d’Auguste et la pinède du pique-nique

En 2017, c’est le Parc départemental de la Grande corniche qui nous accueillera, avec des jeux, des énigmes, portant sur la découverte des merveilles de la nature: faune flore, paysages. Et ce parc est particulièrement riche en la matière…

L’équipe en charge de la préparation du Rallye a déjà effectué les repérages nécessaires pour les accès automobile, les lieux de pique-nique, la préparation des jeux et des énigmes destinés aux adultes comme aux enfants pour cette 3ème journée de convivialité et de découvertes.

Seuls ou en famille, ne manquez pas cette journée gratuite, de plein air, dans un cadre exceptionnel qui servira de décor aux diverses animations que nous préparons à votre intention. Les places étant limitées pour des raisons d’organisation, merci de vous inscrire dès aujourd’hui à l’adresse suivante:

contact@ltmv.fr

Nous tenons à remercier les responsables du Parc Départemental qui nous ont accueillis avec générosité et plus particulièrement Antoine VASSEUR qui fut notre accompagnateur-animateur lors de notre dernier repérage.

Bien cordialement à tous en attendant de nous retrouver le 1er Juillet prochain !

L’équipe LTMV

 

 

 

LINKY-VOLET N°3: LES RISQUES POTENTIELS

TRENTE CINQ millions de compteurs dits « intelligents » vont, dans les prochains mois, remplacer nos actuels compteurs électriques. Baptisés « LINKY », ces compteurs suscitent de nombreuses polémiques concernant notre santé, mais aussi la protection de notre vie privée. Ce dossier est complexe. De très nombreuses parutions analysent les points négatifs comme les points positifs et il est difficile pour l’usager d’accéder à des informations objectives lui permettant de se faire une opinion valable. Notre projet est de vous faire part de notre étude afin de vous épargner de fastidieuses recherches. C’est pourquoi, cet important dossier nécessite  plusieurs volets. Parmi les préoccupations qui émergent de notre étude:

*un risque de santé publique en raison des rayonnements électromagnétiques émis par l’installation elle-même: compteurs, courant porteur en ligne (CPL), concentrateurs.

* un risque d’intrusion dans notre vie privée: ERDF, devenu aujourd’hui, ENEDIS, filiale à 100% d’EDF, connaîtra nos habitudes de vie et pourra utiliser ces données dans un but commercial en dépit de l’affirmation contraire.

* un risque de piratage informatique: quelles que soient les assurances données par ENEDIS, l’intrusion dans sa base de données reste possible: un jeune hacker français y est d’ailleurs parvenu.

* un risque de coupure de courant aux fins de délestage lors des pics de consommation.

* un risque d’augmentation significative de nos factures.

Nous reviendrons sur ces différents points mais d’ores et déjà, nous vous invitons à lire ou à relire les deux premiers volets de notre étude.

Premier volet: CONNAISSEZ-VOUS LINKY  publié le 29 Février 2016:

http://www.laturbiemonvillage.fr/2016/02/29/connaissez-vous-linky/

Deuxième volet : LINKY (suite) publié le 20 Avril 2016:

http://www.laturbiemonvillage.fr/2016/04/20/linky-suite/

La mise en place de ces compteurs pilotés à distance par le fournisseur entre dans un plan général de « villes connectées » qui sous l’annonce flatteuse d’améliorer notre vie quotidienne, traduit en fait une perte d’identité et d’autonomie de l’usager. LINKY sera suivi de l’installation de compteurs identiques pour l’eau et le gaz.

N’hésitez pas à nous faire de vos remarques concernant ce dossier !

 

 

 

 

TELETRAVAIL A LA TURBIE?

Plus de 70% des actifs turbiasques travaillent en Principauté, le premier bassin d’emploi du village. Comme tous les « pendulaires », ces Turbiasques doivent affronter chaque jour des difficultés certaines pour se rendre sur leur lieu de travail… et pour en revenir. Le télétravail dont on parle depuis des années et qui commence à entrer dans les moeurs  pourrait donc être une solution intéressante. C’est ainsi que Jeudi 9 Février, lors d’un débat organisé au Yacht-Club de Monaco par le « Monaco Press-Club », auquel nous assistions, le Conseiller-Ministre Stéphane VALERI, en charge de la Santé et des Affaires sociales de la Principauté, a mis l’accent sur l’avenir du télétravail, les premiers résultats enregistrés, les objectifs qu’il souhaitait pour la Principauté, dans un avenir proche. Aux questions de Joëlle DEVIRAS, de Monaco-Matin, le ministre n’hésite pas à répondre qu’il s’agit « d’un potentiel colossal » . Quelques mois seulement après la mise en application du télétravail en Principauté, une quinzaine d’entreprises  en a fait le choix et s’en déclarent satisfaites ainsi que leurs salariés. Premier résultat des plus encourageants qui permet d’espérer à terme, toujours selon le ministre, 7000 emplois en télétravail! 7000 pendulaires qui n’auraient plus à se déplacer en Principauté pour travailler! Ne nous réjouissons pas trop vite cependant car la croissance économique de la Principauté permet de supposer que ces 7000 postes n’équilibreront pas les créations d’emplois futures. Toutefois, il s’agit bien d’une avancée significative.

A laquelle il convient, hélas, d’apporter un bémol que nous nous sommes permis de faire observer au Conseiller-Ministre. Le télétravail implique que les connexions internet soient de bonne qualité entre la Principauté, parfaitement équipée, et les communes environnantes. Ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de communes françaises voisines. Les débits observés à La Turbie dans un grand nombre de quartiers, ne permettent pas d’accéder au télétravail. Rappelons que  le Président d’Orange,  Stéphane RICHARD,  à déclaré à Nice, le 7 Juillet dernier, que la fibre optique serait installée, dans les communes littorales,  en 2020… et raccordée en 2022 ! Soit dans cinq ans !

 

ONDES GRAVITATIONNELLES: COMMENT CA MARCHE ?

C’est désormais une tradition bien ancrée que celle d’offrir aux  fidèles auditeurs de la Médiathèque, une série annuelle de quatre conférences dédiées aux Sciences de l’Univers. Alessandro MORBIDELLI, turbiasque, Académicien des Sciences, à qui nous devons cette initiative, choisit les intervenants à la fois pour leurs compétences dans des domaines ardus mais aussi pour leurs qualités pédagogiques qui permettent à un public non-averti de partager leurs connaissances. Ce fut encore le cas, le 6 Janvier, avec Fabien KEFELIAN, chercheur du Laboratoire ARTEMIS de l’Observatoire de la Côte d’Azur qui a su passionner son auditoire avec un sujet a priori difficile d’accès: LES ONDES GRAVITATIONNELLES. Albert EINSTEIN en avait annoncé l’existence… il y a cent ans, mais il n’avait jamais pu en démontrer la réalité, ce qui l’avait amené, parfois, à en douter. Ce n’est qu’en 2015, le 14 Septembre, qu’un groupe de scientifiques américains a pu les mesurer grâce à LIGO, deux interféromètres géants situés, l’un en Louisiane, l’autre dans l’état de Washington, distants de 3000 km. Entrons maintenant dans le vif du sujet et soyons attentifs car les chiffres donnent le vertige! Deux trous noirs, de 29 et 36 masses solaires, qui gravitaient l’un autour de l’autre depuis plusieurs millions d’années, ont décidé de fusionner après ces très longues fiançailles. Cela aurait du donner une masse totale de 65 masses solaires. Sauf que, il n’y en avait que 62! Ce sont ces trois masses solaires « manquantes » qui ont généré le faisceau d’ondes gravitationnelles qui est parvenu jusqu’à nous… au bout de 1,3 milliard d’années-lumière! Double découverte en fait puisque ces ondes ont également permis de prouver l’existence  des trous noirs, souvent contestée par les scientifiques… et par Einstein lui-même ! Pour mieux évaluer ce que représentent ces 1,3 milliard d’années-lumière, il suffit de rappeler que la lumière solaire que nous recevons chaque jour,  ne met que 8 minutes pour parcourir la distance Soleil-Terre!

Interféromètre européen VIRGOC’est  cet instrument de mesure qui a permis de vérifier l’existence des ondes gravitationnelles.Quelques infos concernant l’interféromètre VIRGO situé près de Pise, en Italie. Imaginez deux bras tubulaires,de 1,20m. de diamètre et de trois kilomètres chacun, disposés perpendiculairement. Un signal laser infrarouge est envoyé, sous ultra vide, simultanément dans chacun de ces bras au bout desquels un miroir le renvoie vers son émetteur. Constat des chercheurs: l’un de ces faisceaux a été étiré, l’autre compressé… Constat qui s’est renouvelé à diverses reprises ce qui en a permis la validation. Et qui a apporté la preuve de l’existence des ondes gravitationnelles car si elles étirent l’espace-temps dans une direction, elles le compriment dans la direction opposée!

En clair, un faisceau laser avait soudainement parcouru une distance plus grande que l’autre alors que la distance émetteur laser-miroir était jusqu’à ce moment-là, rigoureusement la même dans les deux bras de l’interféromètre ! Encore un peu d’attention, après l’infiniment grand, passons à l’infiniment petit, car la différence de distance parcourue par les deux faisceaux… est CENT MILLIONS DE FOIS PLUS PETITE QU’UN ATOME ! A noter, si les américains ont été les premiers à détecter ces ondes gravitationnelles, c’est… parce que l’interféromètre européen VIRGO n’était pas encore opérationnel. Il ne l’est d’ailleurs pas davantage aujourd’hui mais  les chercheurs européens ont fortement contribué à l’expérience américaine, si bien que l’on parle aujourd’hui du programme commun LIGO-VIRGO, bel exemple de collaboration internationale. Et si vous n’avez pas encore le vertige, voilà qui va vous le donner: une année-lumière équivaut à une distance de 9.500 milliards de kilomètres. Or, les ondes gravitationnelles qui ont été enregistrées par LIGO-VIRGO ont parcouru une distance de 1,3 milliards d’années-lumière. Il vous suffit de faire la multiplication! Quant à la mesure des ondes elles-même, cent millions de fois plus petites qu’un atome, il suffit de rappeler que la dimension moyenne d’un atome est de 0,0000000001mètre. (10 puissance moins 10 !).

Trois nouvelles conférences sont au programme 2017: ne les manquez pas !

 

 

PARKING DU Mt. Agel : Auto(s)satisfaction

Monsieur le Maire affirme que ce parking répond parfaitement à ses attentes. Il n’en est pas de même aux dires d’un grand nombre d’utilisateurs qui assurent  qu’ils n’y mettront plus jamais une roue en raison des problèmes divers qu’ils ont connus concernant l’accès et les rencontres frontales entre les véhicules entrant et sortant. Disons, une fois encore, le regret du Groupe LTMV de voir un tel endroit central et stratégique, réservé au parcage de 50 voitures. S’il est vrai que le stationnement est l’un des freins majeurs au développement de la vie économique et sociale du village, ces 50 voitures ne sauraient résoudre ce problème. Initialement, il s’agissait d’un parking de 120 places, ce qui était une amélioration significative. Pour diverses raisons, notamment le désengagement de la CARF, les 120 places ont été réduites à 50. Dès lors, il fallait abandonner l’idée d’un parking qui a interdit la réalisation d’un projet concernant TOUS les turbiasques. Comme une « maison du village » par exemple, avec des salles d’exposition, une vraie médiathèque, des espaces réservés aux associations. Un regrettable manque de vision.

Photo A.M.

Un lecteur facétieux, A.M., nous suggère une astuce pour améliorer le taux de remplissage du parking: interdire le stationnement dans le village! Nous transmettons à toutes fins utiles !

 

MEILLEURS VOEUX POUR 2017 !

Excellente Année 2017 à tous, au nom du Groupe LA TURBIE, MON VILLAGE !

Lors de la cérémonie annuelle des voeux à la population turbiasque, Monsieur le Maire a présenté les siens et ceux « de sa majorité », excluant ainsi les six conseillers qui n’en font pas partie…Lesquels conseillers, qui représentent la moitié des électeurs du village, étaient pourtant présents sur l’estrade, aux côtés de leur Maire. Nous nous sommes assurés auprès de lui, qu’il ne s’agissait pas d’une omission involontaire qui aurait pu être excusable, mais bien d’une exclusion délibérée. Nous ne pouvons que déplorer un tel manque de respect démocratique à un moment où, plus que jamais,  toutes les énergies, toutes les compétences, doivent être réunies pour faire face aux échéances difficiles qui nous attendent.

Soyons positifs: cela nous donne l’opportunité de vous présenter, à notre tour, nos voeux les plus chaleureux pour cette nouvelle année!

 

 

 

CRECHES DE NOEL

Dans quelques heures, Noël ne sera plus qu’un souvenir et les voeux de Nouvel An envahiront l’espace médiatique, mais LTMV ne pouvait terminer 2016 sans saluer les organisatrices de l’exposition de crèches de Noël. Loin des polémiques qui ont accompagné la réalisation des crèches de Noël, notre village de La Turbie a maintenu ce qui est désormais une tradition bien ancrée: l’exposition de crèches provençales à l’ancienne chapelle de La Pietà.

Du 17 au 27 Décembre, les visiteurs ont pu admirer 70 crèches de la plus modeste à la plus élaborée.

Bravo aux trois vestales, Monique, Michèle et Annick, qui entretiennent le feu sacré de La Luerna, l’association organisatrice de cette exposition, fondée par notre ami  et regretté Jean Paul  CUNEGONDO,

photos afp