Archives pour la catégorie Non classé

ENFUMAGE…

« ENFUMAGE: action d’enfumer. Création d’un écran de fumée afin de cacher une réalité dérangeante ou de détourner l’attention. » Les apiculteurs enfument les abeilles pour prélever le miel qu’elles ont produit… Parfaite image de l’enfumage dont nous sommes l’objet au quotidien. Notre attention est attirée vers des sujets de diversion, certes non négligeables, mais qui sont loin de l’importance du sujet fondamental: le paquebot France est en train de sombrer dans une indifférence quasi-générale.

EXEMPLE: ces derniers jours, la presse quotidienne, les magazines, les radios, les télés, les réseaux sociaux, ont été envahis par cet écran de fumée qu’est la réforme de l’orthographe… Pendant ce même temps, le taux de chômage, en France, grimpe vers des sommets jamais atteints, nos jeunes diplômés, (avec un accent circonflexe), partent à l’étranger, nos entreprises déposent le bilan, nos agriculteurs se suicident, nos sans-logis dorment sur le trottoir, les migrants créent des zones de non-droit, des groupuscules bloquent les autoroutes, la menace terroriste est plus présente que jamais. Ainsi que l’écrit Jean d’Ormesson, pourtant académicien français, la réforme de l’orthographe aurait pu attendre le retour de la croissance, cette arlésienne dont tout le monde parle et que l’on ne voit pas. Et les médias dont l’existence est conditionnée par le lectorat ou l’audimat, jouent avec l’émotion populaire et se font les relais complices des enfumeurs. Il  aura fallu un sacré courage, à Elise LUCET, pour réaliser un exceptionnel numéro de son émission, « CASH INVESTIGATIONS », diffusée sur France 2 le 2 Février dernier pour oser dénoncer le « Big six », en montrant les ravages sur la santé humaine,  provoqués par l’emploi massif des pesticides et des insecticides. Coup de chapeau à cette journaliste qui honore une profession en voie de disparition.

PARKING DU MONT AGEL

Nous continuons de recevoir des commentaires concernant ce parking dont plusieurs usagers nous ont déclaré qu’ils n’y remettraient plus jamais une roue, en raison des pièges dont ils ont été victimes. Et nous continuerons de déplorer qu’un emplacement aussi central ait été sacrifié pour une cinquantaine de voitures alors que la commune manque cruellement de locaux notamment associatifs, mais aussi de salles d’expositions, de conférences etc. Quel manque de discernement! Il sera également intéressant de comparer le coût total de ce parking, près de deux millions d’euros, et le montant des recettes encaissées au terme du premier exercice…

IMG2496

Deux courriers de lecteurs

« Suite aux problèmes récurrents  dont j’ai été encore témoin dimanche dernier, je pense qu’il faut réétudier le système entrée-sortie, feux, montée- descente , et modifier l’accès sortie , peut être en  coupant«  le gros plot béton peint en rouge à droite de la sortie et décaler d’une place les stationnements situés à droite de la sortie au rez de chaussée … mais je ne suis pas technicien et ne cherchons pas pourquoi ce parking est rarement complet.' »

« C’est un parking discret ! »

C’est le moins que l’on puisse dire! Nous avons déjà proposé à M. le Maire d’ombrer les lettres qui sont gravées en creux afin de les rendre lisibles. Sans résultat!

Vie du village

JP CunegondoDans le premier numéro de LTMVMag, d’Avril 2015, nous avions choisi pour le « Portrait du mois », de rendre hommage à Jean CUNEGONDO, ce Turbiasque qui aimait tellement le village. Et nous avions écrit: « Suggestion: et si le nom de ce Turbiasque qui a beaucoup oeuvré pour la collectivité, était donné à un lieu du vieux village »?

C’est chose faite, ainsi que l’a voté, à l’unanimité, le Conseil municipal du 31 Juillet 2015. Le lieu choisi, à proximité immédiate du Trophée, dans le vieux village, convient parfaitement à cet amoureux des vieilles pierres qui aimait aussi la discrétion, la simplicité et l’authenticité. Inauguration le 29 Septembre.

Casque de pompierA la fin du mois de Juillet un incendie s’est déclaré, sur la commune de Cap d’Ail, sous le CD37. Le Sergent-Chef BARLETTE, du C.I.S. de La Turbie, commandait l’équipe qui a permis d’empêcher les flammes de franchir la route. Sans cette intervention efficace, tout le secteur de la Tête de Chien aurait subi de graves dommages.